Valvignères – les crêtes de Berg

2 Déc

2 Décembre Valvignères – les crêtes de Berg. Le temps était froid et couvert, tout comme nous, pour cette randonnée hivernale. Nous nous attendions à marcher dans la neige après les précipitations de la veille, mais tout avait fondu, il ne restait que quelques traces. (Topo utilisé)

Point de départ : le village de Valvignères situé au fond de la vallée au milieu des vignes. Nous avons fait la randonnée dans le sens inverse di topo et avec un petit rajout sur la partie la plus au sud. Cette randonnée se fait principalement sur des grands chemins dans les bois mais offre de beaux panoramas sur les crêtes. Les couleurs d’automnes auraient été sublimées par un beau soleil, dommage ! Rencontre avec des chasseurs sympas qui ont laissé quelques traces de sang de sanglier sur le chemin. Nous avons pu admiré Valvignères et son clocher aux tuiles vernissées.

Publicités

La Montagne du Ruy

18 Nov

18 Novembre Montagne du Ruy. Vent, nuage et froid nous ont accompagnés durant cette sortie qui, si elle ne nous a pas offert les panoramas au sommet, a quand même eu son charme. (Topo utilisé)

Point de départ du petit village de Vesc pour une montée à travers les bois aux couleurs d’automne. Avant d’atteindre la crête nous avons marché sur quelques plaques de neige. A la première aire de départ de parapente nous avons décidé de faire l’aller-retour jusqu’au sommet où le versant nord avait décoré sa végétation de givre, comme les grand magasins décorent leur vitrines pour Noël. Nous avons pris notre temps pour admirer cette beauté de la nature malgré le froid. Les vues sur les alentours étaient masquées par la brume. Pas facile de trouvé un endroit sympa pour le piquenique le long de ces grands chemins carrossables de la descente. Le soleil a daigné apparaitre un peu avant l’arrivée au point de départ.

Combes et baume du Chat, sud Ventoux

5 Nov

05 Novembre Combes et baume du Chat, sud Ventoux.. C’est grâce à Nicole que nous sommes partis randonner, car elle nous a poussés à partir malgré la météo. Elle annonçait la pluie jusqu’à 10, alors nous avons décalé notre départ d’une heure et merci à Nicole car les nuages ont laissé place à un beau soleil, pas très chaud à cause du mistral, mais nous en avons bien profité. (Topo utilisé)

Partis des Clops, au nord est de Bedoin, sur le GR91 en direction de l’est. Après un grand kilomètre, nous avons remonté la belle Combe de Curnier parée des couleurs automnales avec ses passages étroits. Après le piquenique et un petit repos au soleil au Jas des Landérots, nous sommes partis vers l’ouest par le GR91B pour passé au Jas du Pié gros puis jusqu’à la Beaume du Chat en s’arrêtant de temps à autre pour admirer le panorama sur la plaine au sud. Comme nous étions partis une heure après l’heure prévue, nous avons écourté la rando pour rejoindre le départ par le fond du vallon de Beaume du Chat qui est très agréable car peu de pierre sur le sentier. Ont-elles toutes été utilisées pour bâtir les murets que l’on a vu au long de la descente ?

Le Sommet des Fourcats

21 Oct

21 Octobre Le Sommet des Fourcats.. C’est au nord ouest du petit Luberon que nous avons randonné lors de cette belle journée ensoleillée, même un peu chaude pour la saison.  (Topo utilisé)

Départ de Robion en direction des rochers de Baude et du sommet de Castelas avec de beaux passages en vire creusés dans la roche qui laisse voir de magnifiques panoramas sur Cavaillon. Montée jusqu’au sommet des Fourcats en surplombant les vallons du Colombier et de la Sapine. Pour profiter de cette météo clémente, nous avons décidé d’allonger la rando en descendant par le vallon de Combrès magnifique avec ses couleurs d’automne et qui a perdu son passage délicat qui nous a un peu gênés la dernière fois que nous y sommes passés, grand merci à ceux qui aménagent les sentiers de randonnée. Retour au point de départ par le GR6/GR97. Les falaises dans le calcaire nous réservent toujours des surprises avec ses grottes et arches monumentales.

La croix de Chaumiène

8 Oct

08 Octobre La croix de Chaumiène.. Journée ensoleillée pour cette randonnée en Ardèche. L’accompagnateur ne nous a pas fait suivre le tracé du topoguide pour éviter la rive droite de l’Ardèche.

(Topo utilisé)

Nous sommes partis de Mayres à travers les châtaigniers et les belles calades qui font le charme de l’Ardèche. Bien sûr quelques uns d’entre nous ont glané quelques châtaignes pour une poêlée. Pour éviter le vent en crête nous avons piqueniqué à l’abri d’une falaise un peu avant la croix de Chaumiène devant un panorama imprenable sur la vallée et ses couleurs automnales. La montée est raide pour atteindre la crête où se trouve cette croix en piteux état. Mais la récompense méritait l’effort, belles vues sur la vallée de l’Ardèche et la croix de Beauzon d’un coté et les montagnes au nord où le Mont Gerbier se dresse fièrement. Nous avons longé cette crête jusqu’au Serre du Mouton pour redescendre au point de départ.

Le Roc de Toulau

23 Sep

23 Septembre Roc de Toulau.. Pour cette première journée d’automne, nous sommes partis au sud ouest du Vercors. Départ des Boutons  avec une température de 8° après avoir organisé un transfert de voiture pour ne pas avoir à faire au retour les 2,5 km de route qui séparent le point de départ du point d’arrivée.

(Topo utilisé)

La montée raide dès le début nous a rapidement réchauffés et le ciel bien dégagé nous permettait d’espérer une belle journée. Au fur et à mesure de la montée la vue s’est dégagée sur la superbe vallée de la Gervane avec en point de mire notre but lointain : Le Roc de Toulau. Après des passages par un sentier étroit au milieu des genets, nous avons traversé une belle forêt de hêtres avant de rejoindre le GR93 qui arrive du col de la Bataille. Au pas du Gouillat nous avons obliqué vers le nord en direction du Roc de Toulau. De là nous avons pu voir la pente raide qui nous attendait pour rejoindre le sommet. Une petite pause à mi-pente nous a permis d’observer une biche, je pense, que nous n’avions pas l’air de déranger.

Un dernier effort et nous sommes arrivés à 1581m où un panorama à 360° sur le Vercors, le Dévoluy, le plateau d’Ambel à l’est, et la vallée de la Gervane et le col de la Bataille à l’ouest a récompensé nos efforts.

La vue superbe et l’absence de vent  nous ont incités à rester manger au sommet. Ensuite nous sommes redescendus au pas du Gouillat par l’itinéraire de montée, puis avons continué en direction de la tête de la Dame. Nous avons longé un troupeau de vaches accompagnées des veaux et des génisses de l’année, un taureau de belle taille veillait sur son harem. Peu avant d’atteindre la tête de la Dame nous avons obliqué au niveau d’un panneau qui indiquait la direction des Tonils. Nous avons passé la bergerie des Sarlats, puis par un chemin pentu et ensoleillé nous avons rejoint le village des Arbods où nous avions laissé une des voitures en arrivant le matin. Une pause rafraichissante au Moulin de la Pipe a clôt cette journée à la météo parfaite.

Crêtes de la Fontaine de Vaucluse

10 Sep

10 Septembre Crêtes de la Fontaine de Vaucluse.. C’est sur des crêtes que nous avons choisi de randonner pour cette belle journée.

(Topo utilisé)

Départ du beau village de la Fontaine de Vaucluse pour une montée voir le château en ruine. Le sentier n’est pas évident, il faut s’aider des mains pour pouvoir y grimper. Belles vues sur le village avec ses roues à aubes mais pas de visite approfondie du château, risque de chute de pierre mais aussi un essaim de frelon garde l’entrée. Nous sommes remontés en crête vers le nord jusqu’au Mourre de la Belle Etoile en s’arrêtant pour admirer le paysage. Il y a quelques passages un peu technique mais pas vraiment de difficultés. Puis nous avons rejoint le GR et sommes retourné au parking en passant par la piste de Valescure non sans avoir fait l’aller-retour pour voir le niveau d’eau dans la résurgence.

Montagne de Faraud

2 Sep

02 Septembre La Montagne de Faraud..Dommage que pour cette randonnée de reprise de la saison la météo n’était pas de la partie alors que les jours précédents nous pâtissions de la canicule (Topo utilisé)

Pour cette rando, notre apprenti guide avait fait une reconnaissance. Il s’avère que la boucle proposée par le topo se passe essentiellement en sous bois sans trop de panorama. Nous avons décidé de changer le circuit en incluant le sommet de la montagne de Faraud qui offre un panorama à 360°. Partis du hameau de Les Gleizolles en Diois pour une montée régulière en sous bois jusqu’au col de Faraud. A partir du col la montée est nettement plus raide pour atteindre le sommet. Le panorama espéré s’est trouvé masqué par les nuages, les 3 Becs qui ne sont pourtant pas très loin sont restés invisibles. Descente au col de Faraud, puis col de la Beaume et la chapelle des Sadous puis retour au parking sous quelques gouttes de pluie. Arrêt sympa au Bar du Pont à Crest où l’on sert de bons gâteaux avec les boissons.

Week-en d en Vanoise

14 Juil

Du 14 au 17 jullet Vanoise. Week-end très très réussit, la météo a été clémente, les randonnées sportives et variées, des animaux, des fleurs, des lacs de montagnes, des paysages magnifiques sur les glaciers et différent massifs ainsi qu’un sommet à plus de 3000 mètres et en plus le gîte du Pollen à Granier confortable avec une gérante très accueillante à l’écoute et de bon conseil.

14 juillet : Le lac de la Plagne : (Topo utilisé) Comme nous avions 3 heures de route pour aller en Vanoise, nous avons choisi une randonnée pas très longue. Partis du dernier parking de la vallée du Ponturin, après Peisey-Nancroix pour une monté sur le rive droite du torrent. Au programme très belles cascades et torrents à traverser à gué. Le premier est assez délicat, nous avons même croisé trois randonneurs qui n’ont pas tenté la traversée. Beaux pâturage pour les vaches, puis arrivés au lac de la Plagne pour une pause pique-nique. Nous avons bien profité des paysages, des fleurs et de la pelouse confortable.

15 juillet : Le Miravidi : (Topo utilisé)  Pour atteindre le départ au pont de Chézari c’est déjà l’aventure car il faut emprunter sur 10 km la « route  avec viabilité incertaine », comme nous en averti le panneau à Bonneval. Route étroite de moins en moins goudronnée à mesure que l’on monte. Dans certains lacets le chauffeur de notre minibus s’y prend à 2 fois et nous prions de ne pas croiser un véhicule. Nous avons un peu tâtonné pour trouver le chemin de départ puis nous sommes montés dans la prairie qui a fait place rapidement à des éboulis qui ne nous ont pas quitté jusqu’au sommet. La marche dans ces cailloux et le manque de paysage a eu raison du moral de certains, un peu plus de la moitié du groupe a atteint le sommet et à pu profiter du magnifique panorama à 360°. Dommage que le Mont Blanc ait été masqué par les nuages. La boucle prévue s’est transformée en aller-retour pour regrouper tous les randonneurs. Ceux qui n’ont pas profité du panorama du sommet ont quand même eu le plaisir d’admirer les nombreux bouquetins qui se confondaient dans les pierriers ainsi que les marmottes.

16 juillet : Le lac et col du Tachuy : (Topo utilisé)  Nous avions prévu une randonnée moins physique vers le lac Noir, mais la gérante du gîte nous a informés d’un trail organisé à cet endroit. Pour ne pas se gêner avec les coureurs nous avons décidé, sans changer le lieu du départ, de faire un aller-retour au lac du Petit avec l’option du col du Tachuy et descente sur les lacs coté Italie si le groupe se sentait en forme. La montée au lac du Petit dans les alpages au son du cri des marmottes a été agréable. Après le pique-nique au bord du lac, tous étaient partant pour monter au col du Tachuy. Là nous avons pris notre temps pour admirer le paysage et les lacs italiens. Le groupe ayant décidé de voir ces lacs de plus prêt, nous y sommes descendus et nous avons continué la boucle en passant par le col de la Louïe blanche. Nous avons raté le passage de ski de rando conduisant au passage de la Louïe blanche, nous sommes donc descendus hors piste à l’ouest du torrent de Louïe blanche jusqu’au chemin qui nous a ramenés au parking. Il a fallu chercher des passages pas trop pentus sur les rhododendrons entre torrent et barres rocheuses. Nous sommes arrivés au gîte avec beaucoup de retard, heureusement le téléphone passait et nous avons pu l’avertir.

17 juillet : Le lac de l’Etroit : (Topo utilisé)  Pour cette journée de départ, une courte rando s’imposait. Nous sommes partis de Nancroix en remontant la vallée du Ponturin par le GR. L’ancienne mine de plomb notée sur la carte nous a attirés, nous avons donc bifurqué sur le chemin en pointillé sur la carte. Mais beaucoup d’éboulis et d’arbres couchés à travers ce chemin, si bien qu’on l’a perdu. Encore un peu de hors piste pour retrouver rapidement le chemin, mais nous avions dépassé la mine qu’on regrette de ne pas avoir vu. Montée raide jusqu’au « Grandes baraques », passage au point culminant pour descente au lac de l’Etroit où nous avons piqueniqué. La descente vers le parking a été courte mais très pentue. Retour au bercail après avoir fait le plein de fromages locaux à la fruitière de Aime. Merci aux vaches que nous avons croisées de nous donner un si bon Beaufort.

Le Mourre Froid

24 Juin

24 Juin Le Mourre Froid. Très longue et difficile randonnée pour cette première randonnée d’été. (Topo utilisé)

Nous sommes partis du petit village de Prapic pour une longue montée vers la belle cascade du saut de Laïre. Pas facile de voir les chamois dans ces pierriers, nous en avons quand même pu en voir un, plus facile d’admirer les très nombreuses fleurs dont de magnifiques lys martagons. Arrivée à la bergerie, deux Patous nous barraient le pont. Après négociation ils nous ont laissé passés. Mais après quelques dizaines de mètres ils nous ont surpris par derrière, et de façon très agressive, sans doute notre réaction, suite à cette surprise, a été à l’origine de leur agressivité! Heureusement la bergère a accouru pour nous sortir de ce mauvais pas. Quelques sifflements de marmottes lors de la montée à la cabane de la Barre puis jusqu’au col des Tourettes où 2 rochers ressembles à d’immenses tours. Au col nous avons suivi la crête de la Dent avec de superbes  panoramas de part et d’autre, jusqu’au sommet et sa vue à 360°, après avoir pique-niqué avant la toute dernière montée. Pour la descente nous avons choisi de suivre le passage de skis de randonnée pour rejoindre le chemin de la montée au niveau de la cabane de la Barre. Quelles galères dans ces pierriers non stabilisés et ces névés très pentus. Nous avons mis beaucoup de temps à rejoindre la cabane, avons-nous fait le bon choix de prendre ce raccourci ? A partir de la cabane nous avons repris le chemin de la montée, les Patous ne nous ont pas importunés car eux et le troupeau de moutons se trouvaient en contre bas de l’autre coté du torrent. Avant d’arriver à Prapic l’orage s’est mis à gronder suivi de la pluie avec quelques petits grêlons, heureusement ça n’a pas duré très longtemps. Au retour, comme nous avions 3 heures de route, nous avons décidé de manger dans un restaurant. Pas facile de trouver de quoi restaurer à 15 personnes vers 20 heures. Nous avons trouvé un barman sympa qui nous a permis de manger des pizzas achetés à proximité.